ma biche | Two days in Deauville
Previous
CLOSE
Next

Two days in Deauville

11 février 2015
-

Comme Flaubert a déjà décrit la Normandie à la perfection je vous laisse découvrir ou redécouvrir ces quelques lignes extraites de Madame Bovary.

« Descendant tout en amphithéâtre et noyée dans le brouillard, elle s’élargissait au-delà des ponts, confusément. La pleine campagne remontait ensuite d’un mouvement monotone, jusqu’à toucher au loin la base indécise du ciel pâle. Ainsi vu d’en haut, le paysage tout entier avait l’air immobile comme une peinture ; les navires à l’ancre se tassaient dans un coin ; le fleuve arrondissait sa courbe au pied des collines vertes, et les îles, de forme oblongue, semblaient sur l’eau de grands poissons noirs arrêtés. Les cheminées des usines poussaient d’immenses panaches bruns qui s’envolaient par le bout. On entendait le ronflement des fonderies avec le carillon clair des églises qui se dressaient dans la brume. Les arbres des boulevards, sans feuilles, faisaient des broussailles violettes au milieu des maisons, et les toits tout reluisants de pluie, miroitaient inégalement, selon la hauteur des quartiers. Parfois, un coup de vent emportait les nuages vers la côte Sainte-Catherine, comme des flots aériens, qui se brisaient en silence contre une falaise ».

P1000513

P1000516

P1000524

 

 

2 Comments

on Two days in Deauville.
  1. Francine Chaise
    -

    N’est-elle pas belle notre Normandie ?
    Flaubert l’a décrite de manière admirable ; il faudra chère Blogueuse que tu viennes visiter où revisiter Rouen, et on vous emmènera sur la colline Sainte Catherine (citée dans le texte) découvrir notre belle ville d’en haut.
    Les photos sont très belles.

    FC

  2. Odile
    -

    La Normandie est toute faites de poésie. J’adore cette région ! Merci pour ce beau texte de Flaubert et ces photos pleines d’embruns! Du romantisme et la nature marine à l’état pur…

Leave a Comment

Your feedback is valuable for us. Your email will not be published.

Please wait...